AccueilGamingTetris : Pourquoi les Américains ont-ils pensé que ce jeu était un...

Tetris : Pourquoi les Américains ont-ils pensé que ce jeu était un projet du KGB ?

Ce jeu à succès, créé en URSS, a connu un véritable succès à l’Ouest. Les entreprises américaines et européennes, ne disposant pas de licence officielle, ont distribué des versions pirates de Tetris sur les PC et les consoles, vendant le développement comme le premier jeu provenant de derrière le rideau de fer. La rumeur a couru que le puzzle qui a “infecté” presque tous les ordinateurs était en fait un projet secret du KGB.

Qui a inventé “Tetris” ?

Le célèbre “Tetris” a été développé en 1985 par Alexei Pazhitnov du Centre de calcul de l’Académie des sciences de l’URSS. Le programmeur s’est consacré à l’intelligence artificielle et à la reconnaissance informatique de la parole humaine, et pendant son temps libre, il créait des puzzles inhabituels. Un jour, Alexey est tombé sur un jeu de société pour enfants appelé “Pentamino”, où il fallait assembler plusieurs figures plates composées de cinq carrés. Inspiré par cette découverte, le scientifique a décidé d’affiner le format et de transférer le jeu sur un micro-ordinateur soviétique Elektronik-60. Ayant simplifié les pièces, Pazhitnov les a appelées tetramino (“tetra” signifie “quatre” en grec) et le jeu lui-même Tetris. Le nom vient des mots “tetra” et “tennis”.

 

Le premier Tetris avait un aspect plutôt étrange : au lieu des éléments habituels, des espaces “tombés”, limités par des crochets.
Unsplash

Tetris le jeu soviétique était légendaire à l'Ouest

Les premières versions de “Tetris” ont été distribuées gratuitement et, à l’époque, il n’était pas question de déposer un brevet pour cette invention : tout ce qui était produit dans les murs du Centre informatique devenait la propriété de l’État.

Fuite de données : comment un jeu de Tetris soviétique s’est retrouvé à l’étranger

Il n’a pas fallu longtemps pour que “Tetris” se modernise et prenne sa forme familière. Les collègues de Pazhitnov, dont le programmeur Vadim Gerasimov, âgé de seize ans, ont amélioré le jeu, ajoutant des figures colorées, de la musique, un compteur de points, et l’ont transféré sur le PC de masse IBM. Les Soviétiques ont envoyé un échantillon à l’Institut de recherche informatique de Budapest, et la version a été adaptée pour les ordinateurs américains Apple II et Commodore 64. L’un des premiers à essayer le puzzle russe a été Robert Stein, chef de la société britannique Andromeda, et il a été impressionné par son niveau : il a vu dans le jeu un excellent produit, qui pourrait facilement gagner de l’argent. Mais pour ce faire, les droits ont dû être rachetés.

Les conversations avec les développeurs soviétiques n’ayant pas abouti, Stein a opté pour une ruse : il a acheté une licence pour les adaptations hongroises et a lancé une grande campagne de relations publiques aux États-Unis. Spectrum Holobyte et même Mirrorsoft faisaient partie des partenaires avec lesquels l’entrepreneur souhaitait signer des accords. Plus tard, sans penser aux droits de l’original, les versions console et arcade ont été voulues par les géants japonais du jeu Atari Games et Nintendo.

  • Le Tetris russe a été impitoyablement modifié pour répondre aux exigences de la publicité :
    les Américains l’ont vendu dans une boîte rouge avec une photo de la cathédrale Saint-Basile et une faucille et un marteau à la place de la lettre “S” dans le nom du jeu.
  • Les premières versions de “Tetris” étaient distribuées gratuitement et il n’était pas question à l’époque de déposer un brevet pour une invention :
    tout ce qui était produit dans les murs du Centre de calcul devenait propriété de l’État.
Lire  La date de sortie de GTA 6 est prévue pour 2024, selon des initiés de Rockstar.

Fuite de données : comment un jeu de Tetris soviétique s’est retrouvé à l’étranger

Il n’a pas fallu longtemps pour que “Tetris” se modernise et prenne sa forme familière. Les collègues de Pazhitnov, dont le programmeur Vadim Gerasimov, âgé de seize ans, ont amélioré le jeu, ajoutant des figures colorées, de la musique, un compteur de points, et l’ont transféré sur le PC de masse IBM. Les Soviétiques ont envoyé un échantillon à l’Institut de recherche informatique de Budapest, et la version a été adaptée pour les ordinateurs américains Apple II et Commodore 64. L’un des premiers à essayer le puzzle russe a été Robert Stein, chef de la société britannique Andromeda, et il a été impressionné par son niveau : il a vu dans le jeu un excellent produit, qui pourrait facilement gagner de l’argent.

Mais pour ce faire, il a dû racheter les droits.

Les pourparlers avec les développeurs soviétiques n’ayant pas abouti, Stein a opté pour une ruse : il a acheté une licence pour les adaptations hongroises et a organisé une campagne de relations publiques à grande échelle aux États-Unis. Spectrum Holobyte et même Mirrorsoft faisaient partie des partenaires avec lesquels l’entrepreneur souhaitait signer des accords. Plus tard, sans penser aux droits de l’original, les versions console et arcade ont voulu mettre la main sur les géants japonais du jeu, Atari Games et Nintendo.

Le Tétris russe a été impitoyablement modifié pour répondre aux besoins de la publicité : les Américains l’ont vendu dans une boîte rouge avec une image de la cathédrale Saint-Basile, et un marteau et une faucille à la place de la lettre “S” dans le nom du jeu.

Lire  League of Legends patch 12.14 : les premières notes du patch

Goldmine : le jeu soviétique a rapporté des millions de dollars

Le jeu est devenu extrêmement populaire dans le monde entier, remportant des prix prestigieux et se vendant à tout bout de champ. Les gens ont passé des heures à empiler les figurines qui tombaient. Puis des rumeurs ont émergé dans la société américaine et européenne, vivant sous les réalités de la guerre froide, selon lesquelles Tetris avait été développé par le KGB afin de le diffuser à l’étranger, de “zombifier” la population et, par conséquent, de paralyser l’économie occidentale : les gens étaient censés jouer partout, même au travail, et se distraire de leurs tâches quotidiennes.

Le premier jeu Game Boy et la fin des poursuites judiciaires

La lutte pour les licences s’est terminée par une visite personnelle de représentants de plusieurs sociétés en Union soviétique : ils ont pris l’avion pour s’entretenir personnellement avec Nikolai Belikov, un employé de la société Electronorgtechnika (ELORG), à laquelle, à l’époque, le père de Tetris, Pajitnov, avait cédé les droits du jeu. Elle s’est terminée par l’achat d’une licence pour modifier Tetris pour les consoles par Nintendo – son propriétaire, Henk Rogers, prévoyait de produire une console Game Boy et cherchait un premier jeu qui assurerait à la nouveauté un succès rapide sur le marché. L’arrangement a provoqué un scandale majeur, et des procédures très médiatisées ont été engagées, aboutissant à un procès entre les principaux concurrents, Atari et Nintendo. Cette dernière société a d’ailleurs gagné, et s’est ensuite empressée de faire de Tetris le jeu le plus vendu.

Il est juste de dire que justice a été rendue. Ce qui est surprenant dans cette histoire, c’est que son créateur, Alexey Pazhitnov, n’a pas tiré de bénéfices financiers particuliers du développement de ce jeu de réflexion légendaire.

Alain Lejeune
Alain Lejeunehttps://jdd.sn
Après avoir commencé à écrire sur la PlayStation pendant la période précédant le lancement de la PS5, Alain couvre désormais les dernières infos sur le matèriel pour PS5, PS Plus, Xbox Series X|S et Xbox Game Pass, notamment Forza Horizon 5, The Quarry, Fall Guys, Saints Row, etc.

Actualités JDD

Sélection JDD